Importer ses photos sur ON1

ON1 présente la particularité importante de laisser à l’utilisateur, le choix d’importer ses photos dans son dispositif de catalogage ou de prendre en charge des photos stockées sur un disque support ou sur le cloud. L’utilisateur sauvegarde ses images à sa convenance sur ce ou ces supports.

Nous verrons donc comment mettre oeuvre ces deux méthodes, puis nous verrons l’intérêt du catalogage. Maj 17/05/20

1 Importation directe de ses photos.

A partir du dossier contenant les photos à développer, il suffit de solliciter le dossier concerné et de sélectionner les photos à travailler .

2 Importation dans le catalogue.

Nous partirons d’une situation classique selon laquelle nos photos sont encore sur la carte provenant de la prise de vues.

Pour démarrer, nous nous situons dans le module de gestion des fichiers (Browse). Cliquer sur fichier et nous obtenons les liste déroulante ci-dessous:

L’invite à importer depuis l’appareil nous permet de lancer l’importation depuis la carte mémoire ou depuis l’appareil lui-même

Fenêtre d’importation

Un clic gauche à cet endroit lance la fenêtre d’importation.

Voici son visage:

Les photos présentes sur la carte apparaissent sous forme de vignettes. Le volume de photos apparaît en haut à droite. Elles sont toutes cochées, par défaut et donc, à priori toutes candidates à l’importation.

Schéma général des outils d’importation

La gestion des photos sélectionnées s’opère par les boutons (mal traduits-encore).

  • Cocher aucun: désélectionne l’ensemble des vignettes.
  • Vérifie tout: les sélectionne toutes.
  • La sélection précise d’un groupe de photos à importer se fait grâce aux touches Maj et (ou) Ctrl, comme dans la majorité des logiciels dédiés à la photographie.

Voyons maintenant comment renseigner les informations contenues dans le rectangle vert.

Précisons tout d’abord que je souhaite conserver mes pratiques anciennes que j’ai utilisées sur lightroom.

Mon catalogue contient les photos classées par année, puis par sous dossiers thématiques (ex paysage, portrait, famille…). La nature de ces sous dossiers peut être modifiée chaque année en fonction de mon actualité.

Chaque dossier de photos est identifiée par sa date (YYYYMMJJ) et son contenu exprimé par une courte information. ex 20200129-Kernic.

Ce dossier m’informe que mes photos ont été prises le 29 janvier 2020 sur la baie du Kernic en Bretagne. Il est classé dans le dossier thématique paysage.

Compte tenu de ce préambule tout à fait personnel, voyons maintenant :

a) comment renseigner ces informations de dossier?

Sous l’onglet destination, la rubrique emplacement nous permet de sélectionner de manière précise l’emplacement du dossier dans l’arborescence. Il est possible de choisir dans la rubrique lieux récents ou dans les dossiers catalogués. Choisissons ici cette dernière destination.

  • Sur l’onglet nouveau dossier, renseignons son nom , à savoir 20200129-Kernic
  • L’onglet renommer concerne le nom des fichiers et permet de modifier du nom attribué à chaque photo, lors du déclenchement. J’ai pris le parti de nommer chaque photo à l’image du dossier qui les contient. Ici donc, je nommerai la photo 20200129-1 pour la première de la série, -2 pour la seconde, -3 pour la suivante et ainsi de suite.
  • Utilisons le document ci-dessus afin de définir notre marche à suivre.
  • Sous texte, nous saisissons notre texte, ici 20200129- Je fais succéder le texte par le tiret qui servira de séparateur avec le numéro de la photo. A droite de texte, signe + permet d’introduire une nouvelle ligne d’information; le nom des fichiers peut ainsi porter un grand nombre de subtilités.
  • Dans la case numéro de série, je vous conseille de saisir le 1 si vous souhaitez démarrer votre série avec le no 1; vous avez toute liberté de démarrer la série au N° 17, si c’est votre fantaisie.
  • L’exemple qui s’affiche sous renommer visualise le résultat de vos choix.
b) Ajouter des métadonnées.

L’ajout de métadonnées est facultatif et répond aux choix de chacun.

  • ON1 vous permet d’intégrer des préréglages qui permettent de gagner du temps au développement.
  • Il est intéressant d’y ajouter le nom de l’auteur, le copyright.
  • La saisie des mots clés dès l’importation permet aussi de gagner du temps; notons que toutes les photos porteront ces mots-clés, d’où l’intérêt de bien les choisir. Le séparateur est la virgule.
  • Sous l’onglet +, il est possible d’introduire de très nombreuses données personnelles (tel,site…). Je vous invite à les découvrir.
  • Paramètres photo: vous propose d’appliquer des préréglages correspondant à plusieurs types et styles de photos.
  • Modifier la date de capture peut rendre service lorsque son appareil n’était pas à la bonne date lors de la prise de vues, lorsque l’on veut synchroniser plusieurs séries de photos provenant d’appareils dont la date n’est exacte ou encore lorsque l’on voyage sur de grandes distances et que l’on a changé de fuseau horaire.

La dernière opération consiste par cliquer sur importer. L’enregistrement du dossier se fait sur le support choisi.

Il est aisé de vérifier le catalogage dans le dossier du disque dur :

L’analyse du contenu du dossier permet d’observer qu’un fichier side-car spécifique de ON1 accompagne le fichier XMP classique.

Je vous remercie d’avoir suivi cette méthode d’importation; il en existe d’autres chemins, nous aurons, à l’avenir l’occasion d’aller plus loin.

N’hésitez pas poser vos commentaires ci-dessous. Je vous en remercie et vous répondrai, une échange est toujours enrichissant…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :