Les perles du confinement

Les contraintes qui pèsent sur toute une population, condamnée à rester à domicile, stimulent les esprits qui, au-delà de l’acceptation de la contrainte, imaginent d’autres moyens de passer outre et de démontrer leur liberté de pensée et d’action.

Ce petit article est une simple collecte de ce qui est passé devant mes yeux et mes oreilles depuis le 17 mars 2020, date du début du confinement , décidé en France, pour lutter contre le coronavirus du nom de COVID 19. Je ne sais pas si ce sont des perles, mais elles ont attiré mon attention, cheminant sur le sentier du confinement.

Les rassemblements de musiciens, depuis leur domicile, afin de produire ensemble, une oeuvre originale, ont retenu toute mon attention.

D’autres fois, ce sont de belles caricatures ou blagues, ou encore quelques textes qui donnent à espérer de l’espèce humaine, même si…

Je tiens aussi à dédier ces moments d’émotion et de joie à l’attention de tous les malades et à leurs familles. Je tiens à associer tous les intervenants des hôpitaux, tous les soignants et ceux qui partagent leur tâche au service de ces malades. Ils le font avec un professionnalisme, un engagement et un dévouement exceptionnels qui forcent l’admiration.

Ces quelques moments d’émotion et de joie, je les collecte à leur attention.

Alors voici ce qui a retenu mon attention:

Le Boléro de Ravel par l’orchestre national de France.

Dans la période délicate que nous traversons, les musiciens de l’Orchestre National de France ont souhaité, malgré la distance, jouer ensemble pour offrir et partager avec chacun ce qu’ils savent le mieux faire : de la musique. 

Si l’ordre du jour est la distance, la musique semble capable de s’envoler et de nous rapprocher, et quoi de mieux que le Boléro envoutant de Ravel pour mettre du baume au cœur ! 

Loin de l’auditorium de la Maison de la Radio où se trouve habituellement l’ONF, voici les musiciens confinés mais néanmoins réunis par une véritable prouesse technique, en espérant que ces quelques notes dansantes de Ravel, universelles, apporteront un peu de bonheur de réconfort à celles et ceux en besoin de chaleur musicale. 

Crédits
Les musiciens de l’Orchestre National de France
Arrangements – Didier Benetti
Réalisation – Dimitri Scapolan

La tendresse

J’ai présenté cette interprétation de l’ancienne chanson, interprétée par Bourvil en 1963.

Redécouvrez ici, cette version de Vincent Vander et de ses amis

L’ode à la joie de Beethoven

Les musiciens de l’orchestre philharmonique de Rotterdam ont joué une sublime reprise de Beethoven, sans se voir. 

Confinement oblige, les musiciens du monde entier continuent de vibrer de leur passion, à la maison. Sur les réseaux sociaux, de nombreux amateurs et professionnels ont composé des morceaux pour soutenir les personnes en confinement ainsi que le personnel de soin qui se bat contre le Covid-19. Inspiré, l’orchestre philharmonique de Rotterdam, aux Pays-Bas, a livré une performance étonnante. Le collectif a joué, à distance, «L’Ode à la joie» (Symphonie nº 9) de Beethoven.

Pour ce faire, chacun s’est enregistré chez soi face caméra. Il a suffi à un monteur de compiler les différents enregistrements pour recomposer un orchestre…virtuel. La vidéo de l’exploit, publiée sur YouTube, a été visionnée plus de 500 000 fois .

«Nous nous adaptons à une nouvelle réalité et nous devrons trouver des solutions pour nous soutenir mutuellement. Les forces créatives nous aident ; réfléchissons et utilisons l’innovation pour entretenir un lien et, ainsi, rester connectés tous ensemble», a écrit l’orchestre. L’idée de ce spectacle était de soutenir l’organisation Senior Service, qui vient en aide aux personnes âgées aux Pays-Bas. »

La cinquième de Beethoven en « musique graphique »

Une façon de redécouvrir la 5ème symphonie, d’un regard amusé.

A regarder ici

Quelques caricatures et dessins:

Tu fais quoi aujourd’ui…

Le lendemain…

Je commence demain…

Un peu d’humour suisse à la sauce Brassens.

Humour suisse à la Brassens
Ne rien faire et bien le faire

Franz Shubert: An Die Musik

Dans la série des musiciens confinés, une belle prestation de l’Orchestre philarmonique de Paris qui interprète Schubert.

De nature à détendre nos neurones maltraités , contraints en terme d’espace de temps et d’affects.

La Valse n°2 de Chostakovitch

Portez-vous bien, allez courage, Nous sommes bientôt au bout…!!!

A la manière des peintres…

Les confinés ne manquent pas d’imagination et se transforment en sujets à la manière des peintres célèbres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :