Luminar : les filtres professionnels

La série des filtres professionnels propose 11 outils qui apportent un contrôle complet sur l’image et permettent des ajustements très précis,tels que le souhaitent les professionnels. Ils constituent la boite à outils de précision en accompagnant les autres séries de filtres.

  • Balance des couleurs :

Cet outil autorise la modification générale des couleurs. Il peut être utilisé pour un contrôle créatif à l’intérieur des différentes régions tonales d’une image.

Choisissez la région à ajuster : soit ombres, soit tons moyens ou hautes lumières. La gestion de la colorimétrie utilise les glissières cyan-rouge, magenta-vert et bleu-jaune.

  • Contraste avancé :

L’outil joue son rôle en rendant les tons foncés, plus foncés et les tons clairs plus clairs, et ceci à différents endroits de l’histogramme. Celui-ci est décomposé en trois parties. La première concerne les hautes lumières, puis les tons moyens et enfin les ombres. Le curseur équilibrer gère, en positif ou en négatif le contraste de la zone qui vous intéresse.

Ici seules les hautes lumières ont été traitées et l’augmentation du contraste se traduit par un assombrissement de la photo et des couleurs plus saturées …

  • Contraste des couleurs :

L’outil sert à éclaircir ou assombrir les couleurs. Il permet de sélectionner une couleur et de gérer le contraste et la luminosité sur cette couleur.

Ici, la tonalité sélectionnée est le vert-bleu. Le contraste des couleurs est observable sur le bleu du ciel le vert de l’eau. Il est par ailleurs possible de gérer la luminosité et le contraste de la couleur concernée.

  • Outil courbes :

Couramment utilisé dans de nombreuses applications de traitement de photos, celui de luminar n’en diffère pas.

La courbe blanche en S a été activée en la déplaçant vers le haut dans les hautes lumières et vers le bas, dans les basses lumières. La conséquence est d’augmenter le contraste de l’image. La courbe verte a été déplacée vers le haut, en partie basse. Il en résulte donc une teinte verte sur l’image qui lui donne un aspect légèrement vintage. L’activation des courbes de couleur se fait par les pastilles situées au-dessus de la courbe générale.

  • Densité+/Densité ou doge and burn :

Cette fonction permet de donner des coups de pinceau pour faire par exemple des retouches de la peau. Ils éclairent ou assombrissent localement les parties de l’image traitées. Il gère le contraste sur la lumière et sur la saturation.

Le clic sur le pavé « Peindre » fait apparaître les boutons éclaircir ou obscurcir, en haut à gauche. Il suffit en suite de régler la taille du pinceau, d’ajuster le niveau de retouche choisi, à partir de la quantité et de l’intensité. Une fois le travail réalisé, valider par terminé.

  • Filtre photo :

Cet outil permet de teinter une photo avec un filtre dont on définit la tonalité (plus jaune pour réchauffer, plus bleu pour refroidir) et la luminosité. Identique à l’outil de photoshop, il permet en plus d’intervenir sur la saturation.

Sur cet exemple, la tonalité est dans le vert-bleu au niveau 14, la quantité à 84 et la saturation à 100.

  • HSL (Teinte, saturation, Luminance).

Outil couramment utilisé chez les logiciels de traitement de l’image. Il permet de gérer précisément chaque couleur de la roue chromatique à 8 composantes.

Sur cet exemple, la luminance de jaunes a été réduite à-99, les vert et aqua sont supérieurs à 0 ; de plus la teinte du rouge a été réduite à -92, sa saturation à -100.

  • Mélangeur de couches :

Le rôle de cet outil est de redistribuer les couleurs primaires, pour obtenir des effets originaux. Si par exemple sur la couche de rouge, on décide de réduire le rouge et de rajouter un peu plus de vert, on redistribue complètement l’image. La constante provoque un décalage important. L’usage de cet outil est assez délicat en pratique. Il peut servir à accentuer légèrement une couleur, pour lui donner cette dominante. Les trois couleurs sont à 100 par défaut.

Ici sur la couche bleue, une réduction  apporte une coloration en jaune.

  • Microstructure :

Cet outil sert à faire ressortir les détails les plus fins contenus dans la structure d’une image. Il fonctionne bien sur les contrastes les plus petits, à privilégier sur les images qui ont de la rouille, des nervures, du bois, de l’acier de la texture en général. Il travaille plus en finesse que la clarté. et n’agit cependant que sur les petits détails.

  • Séparer les tons chauds :

L’outil permet très simplement de faire ressortir les tons chauds ou les tons froids et de les équilibrer entre eux.

Ici l’effet du soleil couchant est accentué. Les couleurs froides sont aussi boostées ; les bleus du ciel et de l’eau sont plus foncés.

  • Table de correspondance des couleurs (LUT).

LUT ou look up table est un dispositif utilisant des fichiers spécifiques simulant par exemple le rendu colorimétrique d’une pellicule ou le rendu d’un périphérique (ex vidéo projecteur). Ce dispositif existe dans photoshop, mais pas dans lightroom, il permet d’assigner une certaine quantité de couleurs à un autre périphérique. On peut aisément passer d’un LUT à l’autre. Luminar en embarque quelques-uns en standard, mais il est possible d’en télécharger de nouveaux moyennant quelques euros. Le résultat peut devenir parfois kitch, mais le résultat est très rapide. Les professionnels sont les principaux utilisateurs de ce filtre.

L’utilisateur peut régler la quantité d’effet, le contraste et la saturation.

Sur cette capture, apparaissent les LUT intégrés à Luminar, ici, le LUT kodachrome 3 est activé, sans modification du contraste et de la saturation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :